CLAUDIO GIULIANELLI   ITALIANAjpg

Contacts  Study Via Fratta 1/i 01030 Corchiano Vt ITALY
: claudiogiulianelli@gmail.com   www.claudiogiulianelli.it    
phone:  +39 3930402949
 

bellissimojpgbellissimo targajpg

bellissimo grandejpgbellissimo grande tjpg

NATURAjpgdialoghi tjpg

 
 

gruntjpggrunt tarjpg


volojpgvolo tjpg

solejpgsole tjpg


His Biography     



il Cristo dellEremita 60 x 80 2017 Rjpg


 Claudio Giulianelli nasce a Roma nel 1956, frequenta un istituto ad indirizzo chimico, ma la sua forte passione per l'arte (in particolare per quella antica) lo porta ad approfondire la tecnica e lo studio della pittura tramite un'attenta osservazione delle opere dei Maestri unitamente alla lettura di testi di tecnica pittorica.
  I libri sul Caravaggio e quelli sui fiamminghi sono i suoi compagni di viaggio quotidiani.
  L'incontro con pittori quali Delfo Previtali e Guido Razzi hanno ulteriormente affinato il suo modo di dipingere.
  Nel tempo ha girato mezza Europa per vedere da vicino i quadri dei Grandi Maestri coltivando quelle sensazioni che quei capolavori lasciavano in lui.
  Nel 1992 si trasferisce a Corchiano , un paesino dalle antichissime origini etrusche ove vive e lavora in via Contrada Fratta snc 01030 Corchiano Vt.   Insieme ad altri pittori ha fondato l'Associazione Mega Art che raggruppa i più interessanti artisti che operano nel web il cui sito è www.megaart.it .



CURRICULUM


1975 Collettiva Galleria "Il Camino" - Roma
1975 Collettiva Palazzo dei Congressi – Roma
1978 Collettiva al Centro d’Arte “Nuova Figurazione” – Roma
1983 Expo Tevere – Roma
1984 Collettiva Palazzo Cateani – Cisterna Lt
1985 Collettiva Galleria “Leonardo da Vinci” – Roma
1985 Expo Arte Bari
1985 Mostra Nazionale Arti Figurative - Foligno
1985 "La Tavola nel Mondo" Palazzo dei Congressi Eur Roma
1987 III Rassegna Nazionale - Anzio - Roma
1987 "L'Arte oggi nel regno Angioino" - Cittaducale Rieti
1987 Il Presepio Vivente - Rivisondoli
1987 Premio Lions Club Città di Leonessa (Targa IV Premio)
1987 Primo incontro artisti dell'Alto Sangro (Targa)
1988 "L'Arte contro l'Aids" Ministero dei Beni Culturali e Ambiente - Complesso   monumentale di S. Michele a Ripa - Roma
1988 I Biennale d'Arte Sacra - Fermo
1988 Mostra internazionale di Mail Art - Circolo Sirena - Francavilla al Mare
1988 IV Rassegna Nazionale Arti Figurative - Perugia
1988 Concorso Nazionale di Pittura Città di Giulianova (coppa)
1988 Palazzo Mazzacurati - Bologna
1988 Premio S. Giovanni Leonardi (III Premio) - Roma
1989 XX Premio Internazionale di Pittura Civitella Roveto
1989 Premio Nazionale Arte Sacra Mariana - -Sala del Bramante Roma
1989 100 Presepi - Sale del Bramante a Roma
1990 Concorso internazionale per l'ideazione di un francobollo per le Poste Giapponesi - Tokyo
1990 Premio "Pennello d'Oro" - Sulmona
1991 Settimana dello sbarco - Salone degli Specchi Anzio
1991 Mostra Internazionale a tema ferroviario - Milano
1991 Premio Dante Alighieri - Sala delle Protomoteca del Campidoglio Roma
1991 100 Presepi - Sala del Bramante Roma
1996 Collettiva Centro Culturale S Agostino - Roma
2005 Theleton BNL
2006 Selezione Museo La Corugna Spagna
2006 Re-opening Art party Young Museum Centro Internazionale D'Arte Moderna Palazzo Ducale Revere (Mn)
2006 "La Donna animale" Collettiva Chiesa di S Francesco--Capranica Vt
2006 La Notte Bianca--Roma presso la Neoartgallery
2006 Collettiva Palazzo Medici Clarelli – Roma
2006 Collettiva Laboratorio Emozionale – Roma
2006 Fiera Internazionale d’Arte di Istanbul
2006 Arte Lanterna - III Incontro Arte Contemporanea Carrozzeria Rizieri—Pontedera Pisa
2006 Teatro Piccolo Eliseo - Roma - Collettiva organizzata da Tartaglia Arte
2007 “Dalla Rete alla Tela” manifestazione organizzata da “Carta e Matita” - Milano Spazio Tadini
2007 Lineadarte — Collettiva 20 x 20 - Napoli
2007 “La realtà dell’invisibile” Tendastrisce — Roma  
2007 Mostra d’Arte “Salamanca” - Castello di Spittal Drau—Austria
2007 Arte Magica - Laboratorio Kedesh Treviso
2007 Oltreandiamo—premio di pittura—Marina di Giocosa—Rc
2007 La Città del Cinema collettiva Mega Art Tartaglia Arte Isola Tiberina -Roma
2007 Seconda cava d'Estrazione Santa Barbara Napoli
2008 - Giuseppe Garibaldi uomo di libertà - Museo storico - ex convento di S. Francesco - Bergamo
2008 - Giuseppe Garibaldi hombre de la libertad, hombre de la humanidad -
Sala de Ceremonias de la Intendencia Municipal de Montevideo - Uruguay
2008 Biblioteca della Camera dei Deputati, "il libro d'autore e l'acqua" Roma
2008 Napoli Officina Creativa Linea d'Arte 20 x 20
2008 Excelsior Palace Hotel, Open Art Aurum – Taormina
2008 Galleria d'Arte Carré d’Artistes – Lille Francia
2008 Scent of a woman - Profumo di Donna - Palazzo dei Sette - Ovieto Tr
2008 RaccontiArte Galleria Interculturale Permanente - coll. Unione Europea
2009 Mostra Museale di Mail Art- Palazzo Ateneo - Montevideo Uruguay
2009 Biblioteca del Parlamento Italiano - Giornata Mondiale del Libro e del Diritto d'Autore
2009 Galleria d'Arte Carré d'Artistes Parigi France
2009 Galleria Piccolo Angelo - Viterbo
2009 Premio Terna 2
2009 Palazzo dell'Areonautica Civile - Pechino Cina
2009 Galleria d'arte "Le Ali di Mirna" - Mesagne Br
2009 Centro d'Arte "Casa Tani" - Rovereto Tr
2009 I colori del Divino Amore - Santuario del Divino Amore Roma
2010 International Art Fair Stuttgart-Sindelfingen (Germany)
2010 1° Concorso Int.le Bruno Buozzi Hotel Aran Mantegna Roma (fuori concorso)
2010 Fiera d'Arte di Agrigento
2010 Only Italy Mostra Arte Contemporanea - Teatro Stabile di Hangzhou (Cina)
2010 XIII New West Lake Art Fair Mostra Arte Contemporanea al Peace Exibition Center di Hangzhou (China)
2010 Casa d'aste "Il Babuino" a favore dei terremotati d'Abruzzo
2010 Contemporaneamente - Galleria Le Ali di Mirna - Mesagne (Br)
2010 I colori della Forma - Fondazione De Nittis Barletta (Ba)
2010 Premio Internazionale Italia Arte - Villa Qualino - To
2010 Carousell do Louvre - Parigi
2010 EXPOMUNDIAL SOCCER 2010 Flamingo Road Gallery Bogotà Colombia
2010 Tempo Redento piano nobile del Castello Normanno Svevo di Mesagne (Br)
2010 Premio Int.le "Patrizi e Plebei" Galleria Cen. Int.le OAD Via del Corso Roma
2010 Centro d'Arte "Casa Tani" Sul far della Sera - Rovereto Tr
2011 Carrè d'Artiestes - Bordeaux Francia
2011 Galleria d'arte "La Suburra" - Roma
2011 Carrè d'Artistes - Tolosa Francia
2011 West Lake Art Fair- Hangzhou (Shaghai) - Cina
2011 Don's Sleep Latino Art Museum - Pomona Los Angeles- USA
2011 Galleria d'Arte "Le Ali di Mirna" Mesagne Br  
2011 Premio Internazionale Città di Corchiano Vt
2011 Arte Padova - Fiera Int.le d'Arte
2012 Cultura Contact - Centro d'Arte San Vidal - Venezia
2012 Cultural Contact Il Labirinto - Alatri Fr
2012 Carré d'Artistes Lyone Francia
2012 Centro Culturale Redstar Hangzhou - Shanghai - Cina
2012 54 Biennale di Venezia - Padiglione Italia - Torino curato da Vittorio Sgarbi
2012 Cultural Contact - Museo Archeologico di Santa Severa Roma
2012 76^ Fiera del Levante - Bari
2012 4th International Competition of Contemporaney Art of GEMLUC - Monte-Carlo Principato di Monaco
2012 consegna premio "Modella per l'Arte 2012" - Belgirate Vb
2012 2a Edizione Concorso Internazionale d'Arte Premio Città di Corchiano (fuori concorso)
2013 Marathon Village - Mega Art sulle bulemie ed anoressie  

2013 Collettiva degli artisti di Mega Art - Centro d'Arte La Bitta di Roma
2013 3a Edizione Concorso Internazionale d'Arte Città di Corchiano Vt
2014 Human Spazio Eventart   Pergine Valsugana Tn
2014 1° Concorso "Il piatto di "Natale - fuori concorso - Chiostro Vescovile Civita Castellana Vt
2015 Galleria Simultanea Spazi d'Arte - Firenze
2015 Carré d'Artistes - Roma  
2015 Le Dame Art Gallery - London bye Useum
2015 Dialogue of Death - Cript Gallery London
2015 Mostra Ritratti dei Papi- Madonna del Pozzo - Roma
2015 Cypress College Art Gallery - Los Angeles USA
2016 Bozzetto d'arte per un carro alleagorico Museo Michetti - Francavilla al Mare Ch
2016 Art Nation Miami - USA
2016 International Art Fair Forlì
2016 International ArtExpo New York City USA
2016 In nomine Sancti Nicolai - Bari Italy
2016 Jadite Galleries - New York - USA
2016 International Art Fair JiNan China by ArtBank  
2016 International Art Pair Beijing (Pechino) - China by ArtBank
2016 Espace Art Galllery - Bruxelles Belgio  
2016 International Art Fair JiNan China by ArtBank  
2016 International Art Pair Beijing (Pechino) - China by ArtBank  
2016 Espace Art Galllery - Bruxelles Belgio  
2016 - 26a Fiera Internazionale Istanbul by Neoartgallery
2016 - Fiera Internazionale di Innsbruck
2017 - Exclusive Art Gallery Teano Cs
2017 IN SACRAMENTA MANENT Artisti contemporanei in dialogo sul Sacro con Aligi Sassu Villa Filippini - Besana BRIANZA

2017 - Now That`s What I Call Art – LAURA I. GALLERY  - London
2017 Art Fair Tuyap Turkey
2017 Art Fair Abu Dhabi UAE

  
PERSONALI - SOLO EXHIBITIONS

1980 Teatro dei Dioscuri - Roma
1981 Galleria IWS Roma
1983 Galleria Michelangelo Bari
1984 Centro Esp Roma
1986 Centro d'Arte "La Bitta" Roma
1989 Palazzo Orsini Morlupo
1990 Palazzina Corsini Villa Pamphili Roma
1991 Centro d'Arte "La Bitta" Roma
1992 Centro IMI CSA Roma
1993 Centro IMI CSA Roma
1994 Centro d'Arte Corchiano
1996 Palazzo Ridolfi Corchiano
1997 Sala Anselmi Viterbo
2000 Palazzo Ridolfi Corchiano
2002 Palazzo Ridolfi Corchiano
2005 Palazzo Ridolfi Corchiano
2006 Galleria Tartaglia Arte Roma
2006 ArtCafè Rieti
2007 Tajut Roma
2008 Visini Como  
2009 Museo Mastroianni Marino -
2009 Galleria d'Arte AB ARTE BASTIA - Milano
2009 Santa Lucia Varese
2010 Giù la Maschera!! Centro Congressi Medioevo, Olgiate Comasco - Co
2010 Galleria comunale "L'Acchiatura" Grottaglia Tr
2011 Centro Culturale Redstar - Hanghzou - Shanghai Cina  
2012 Atahotel Milano
 2013 Torre Guelfa- San Gimignano
 2013 Art Hub ABU DHABI - UAE   Artist Residence
 2014 Palazzo San Valentino Corchiano Vt  
 2014 Mega Art & Friends - Chiesa di Santa Maria dei Laici - Gubbio Pg
2015 The Montage Art Gallery - London
 2014 Museo Archeologico di Montecchio Pg
 2015 Taverna San Benedetto - Gualdo Tadino Pg
 2015 Antica Fornace Grazia - Deruta Pg
2016 Quirinus Intertex Koping Svezia                                                                                                                  
2017 MANNI ART GALLERY Venezia Italy
2017 Espace Art Gallery Bruxelles - Belgio

2017 PADOVA


Hanno scritto di lui: A. Allegretti, L. Anzalone, G. Catenacci, A De Angelis, A Giordano, F. Farachi, M. Horrocks, A. Lippo, D. Micacchi, M. Petti, G. Razzi, A . Roberti, C. Speranza, A. Turi e C. Zonno.

I giornali e le emittenti televisive che si sono interessati alla sua pittura sono:
Il Tempo, La Repubblica, L'Osservatore Romano, Dimensione Lavoro, Ecomond Press, Il Gazzettino Parlamentare, Marsica Domani, Tuttoteatro, Il Giornale dei Misteri, Portaportese, Il Pantano, Arte Italia Illustrata, Il Corriere della Sera, Il Banditore, Regione Oggi, L'Unità, Calendoscopio, Tele Roma 56, Tele Norba, Flash Art, Art Leader, Corriere di Roma., Rivista Image Arte & Life, Il Corriere di Viterbo, Campo dè Fiori, The Time of Hangzhou, National Museum of China,

La rivista a carattere nazionale "Si" nel numero di agosto 2012 ha parlato della consegna del Premio Modella per L'Arte a Stresa - Ottobre 2012

I suoi quadri sono esposti:

Chiesa di S. Pio V in Roma"Il Cristo dell'Eremita" cm 150 x 200 e "La Resurrezione"
cm 150 x 200
Chiesa di S. Giovanni Leonardi Roma
Chiesa SS., Cirillo e Metodio "Ecce Homo"
Chiesa S Maria Mater Ecclesiae Roma
Chiesa di S Barbara alle Capannelle
Abbazia di Casamari Frosinone
Museo del Presepe Vivente Rivisondoli
Sindacato Nazionale di Polizia Siulp
Comune di Cittaducale Ri Italy
Santuario della Madonna dei Bisognosi Carsoli l'Aquila
San Biagio "Natività" Corchiano
Metropolitan Art Gallery Lecce
Brasil Arts - Tampa Florida USA
Fondazione Arte Fiera di Istanbul                                                                  Latino Art Museum - Pomona Los Angeles USA                                          Museum Temecula Art Fondation - Temecula - California USA                    Palazzo Comunale di Deruta Pg Italy                                                           Pinacoteca comunale di Corchiano Vt

Scuola Elementare "Marconi" di Corchiano - Pittura Murale dal titolo "Spadagrossa parte per la IV Crociata".
Ritratto di Bruno Buozzi - Uil Confederazione
In udienza privata ha donato una crocifissione su tela a S. S. Giovanni Paolo II.
Le sue opere sono esposte in permanenza presso Latino Art Museum- Pomona California USA, la Galleria d'Arte Le Ali di Mirna - Mesagne Br. Art Hub - Abu Dhabi UAE


Promoter:
Giorgio Bertozzi Neo Art Gallery - Rome Instanbul,
ArtBank - China,
Onasi Art Gallery - Argentina,
Art Hub Emirati Arabi

SEAC - Accademia delle Arti Veroli Fr  
Manni Art Gallery Venice

Chifari Art Gallery  Torino

ART CRITICISMS


PAR-DELA’ BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI
Du 31-05 au 25-06-17, l’ESPACE ART GALLERY (Rue Lesbroussart, 35, 1050 Bruxelles) a mis à l’honneur l’œuvre du peintre italien, Monsieur CLAUDIO GIULIANELLI, par une exposition intitulée DIALOGUE AVEC LA NATURE.
La caractéristique majeure concernant l’œuvre de cet artiste est, sans conteste, l’atmosphère théâtrale qu’elle exhale. A cette noble théâtralité, s’ajoute la poésie de la Renaissance, particulièrement dans la vision dantesque de la Nature, exprimée par la Femme, la Béatrice sublimée, embellie, symbolisée dans le Tout cosmique. Plastiquement exprimée, cette vision se concrétise sur la toile par le personnage féminin, à l’avant-plan, derrière lequel ressort un paysage champêtre, montagneux, lacustre ou maritime. Ce paysage, tout de brumes entouré, met la Femme en exergue, dans une Toscane mythifiée. La Renaissance est présente, tant dans le costume du personnage que dans sa façon de poser. Jamais elle ne pose de face mais toujours de trois-quarts ou de profil. Elle est campée à l’intérieur d’un arc dont nous ne voyons que l’arcade avec les colonnes portantes. Concernant le cadrage, une constante régit la présentation du portrait tant masculin que féminin, à savoir que bien souvent, le personnage n’est pas représenté en entier. Celui-ci est compris dans un cadre (une focale, s’il s’était agi de photographie – un « plan américain », s’il s’était agi de cinéma) extrêmement serré, le montrant à partir de sa taille. La mise en exergue du personnage, en l’occurrence de la Femme, s’exprime par le fait qu’elle occupe, même campée dans un coin, la majorité de l’espace, à l’avant-plan. Elle est cadrée de telle façon qu’à partir de la taille, celle-ci « monte » en flèche (typique de l’esthétique de la Renaissance), jusqu’à donner le sentiment d’atteindre le sommet de l’arcade (sous laquelle est enserrée) qu’un ciel aux teintes surréalistes empêche de rejoindre. Ajoutons à cela que son regard est constamment adressé au visiteur dans un sourire légèrement changeant, selon les œuvres. Juste derrière elle, le paysage est délimité par une ligne d’horizon très basse (également typique de l’esthétique de la Renaissance).
La lecture que nous impose l’œuvre de cet artiste est essentiellement philosophie et symbolique. Chose, une fois encore, appartenant à la pensée du 16ème siècle où philosophie (naissance de la pensée moderne) et symbolique (consistance du courant religieux) s’alternaient dans les méandres de la pensée politique. Une suite d’allégories de la Renaissance apparaît dans chaque œuvre que le regard approche.
Un premier élément, musical celui-là, s’invitant sous la forme de la flûte (que l’on retrouve dans tout le parcours de l’artiste comme une signature), représente la présence de la danse. La conception de la flûte, à la Renaissance est complexe dans son interprétation, car à l’instar de la bulle de savon (dont nous parlerons plus loin), elle représente la fragilité de l’existence ainsi que l’illusion destinée à s’évanouir. D’ailleurs, une des images évocatrices de l’esprit, à la Renaissance est celle montrant un cylindre (une flûte ?) scintillant.
nous montre un personnage féminin conçu de trois-quarts, le visage en plan jouant de la flûte. Sur la droite de la toile, deux bulles en suspension dans l’espace.
La Femme est campée à l’intérieur d’une arcade. Au-dessus du personnage, figurent sur la gauche un soleil et sur la droite une lune. Un paysage montagneux s’affirme à l’arrière-plan. Nous évoquions, plus haut, les aspects philosophique et symbolique de l’écriture de l’artiste. Deux exemples nous sont donnés ici. La bulle de savon, échappée d’une flûte, flottant dans l’air est le symbole, à la fois de la légèreté ainsi que l’éphémère de l’existence, laquelle flotte dans un espace conçu par Dieu…le temps qu’elle éclate! Le soleil et la lune figurant en haut des colonnes portantes, symbolisent l’être masculin (le soleil) et l’être féminin (la lune) identifiant l’humain. La symbolique du soleil est celle du pouvoir. Celle de la lune est relative à la féminité, à l’illumination, à l’éternité, en ce sens qu’elle incarne la notion du cycle, réalisée dans l’apparition, la croissance et la disparition, symbolisant ainsi la dimension résurrectionnelle du fait qu’elle réapparaît quotidiennement. Le soleil, lui, symbolise le pouvoir car par sa lumière il donne la vie. Le soleil et la lune sont, dans toutes les cultures, les parèdres d’une même notion : celle de l’existence, à la fois biologique et sociale.
La flûte appartient à la symbolique mystique propre à l’harmonie car il s’agit de l’instrument joué par les anges. Associé au surnaturel ainsi qu’à la vie pastorale depuis l’Antiquité classique, il traduit l’harmonie intérieure, par conséquent, il participe de la Nature.
Les couleurs usitées par l’artiste sont globalement tendres. Même le rouge, couleur « fauve » par excellence, n’est jamais exploité à l’excès. LE REVE est considéré par son auteur comme une œuvre « froide », de laquelle se définit la féminité du personnage en accord avec la Nature. Il est vrai, après analyse, que se qui pourrait créer cette atmosphère de « froideur », serait, en fait, le traitement apporté aux chairs du visage et du buste, apparaissant en dégradés, conçus à partir du jaune-or du turban et des manches de la robe.
Dans les autres tableaux, le visage de la Femme s’étale sur des coloris tendres, néanmoins, plus vivants.
comporte un renforcement de la symbolique : une bulle trône au dessus d’une architecture monolithique (située à l’arrière-plan), à l’intérieur de laquelle est enfermée une silhouette humaine. L’artiste « implique » ici l’être humain de façon directe, en le plaçant face à ses fins dernières.
déclame une poésie festive.
La Femme, buste de profil, visage de trois-quarts, agite deux marionnettes, l’une blanche, l’autre noire. La marionnette blanche symbolise la « Fantaisie », elle porte sur son visage un masque noir : elle se dissimule. La marionnette noire, elle, symbolise la « Rigueur ». Elle est habillée en gendarme et porte une matraque. L’arrière-plan, entièrement dominé par le bleu (en dégradés) du ciel et de la mer, alterné par le blanc de l’écume, est entrecoupé par le jaune vif des banderoles ainsi que du rouge bordeaux du turban et de la robe du personnage féminin.
ajoute à cette palette symbolique un élément supplémentaire sous la forme de « l’alambic », au-dessus duquel se trouve la bulle avec à l’intérieur, comme s’il s’agissait d’une mise en garde, la silhouette humaine. Considéré sous son aspect symbolique, l’alambic est un réceptacle renfermant toutes les choses de la Nature. Une sorte de boîte de Pandore (destinée à rester fermée), à l’intérieur de laquelle sont contenues les quatre saisons, représentées par les quatre éléments : le Printemps (l’air), l’été (le feu), l’Automne (la terre), l’Hiver (l’eau). Brassées à l’intérieur de l’alambic, son contenu s’écoule dans la plus totale harmonie.
nous fait assister à une véritable transformation de l’écriture expressive de l’artiste. Car il s’agit de la seule œuvre qui se détache stylistiquement du contexte, en présentant la Femme dont le turban devient littéralement « cinétique » : il se défait sans pour autant disparaître. Une innovation est apportée par le fait que pour la première fois, même campé de profil, le personnage est nu.
Un élément supplémentaire réside dans le fait que l’arrière-plan, composé de deux zones bleues, en dégradés (clair avec de fortes notes blanches pour le ciel parsemé de nuages et foncé pour signifier la mer), est exclusivement maritime. Bien que les mains du personnage tiennent la flûte de laquelle s’échappe la bulle de savon (issue de la Renaissance), le contexte est ici totalement surréaliste. C’est précisément par cette dimension « cinétique » du turban défait, néanmoins physiquement présent, que s’affirme comme point de départ la lecture entreprise par le visiteur, lorsque celui-ci débute son périple cognitif.
Le contraste entre le rouge du turban et le bleu « magrittien » de l’arrière-plan donne à cette œuvre une force d’une rare intensité. Il convient d’insister sur le fait que l’artiste vient précisément du surréalisme. Et cela n’est, en dernière analyse, pas surprenant du tout, étant donné que la spécificité du surréalisme est celle de réinterpréter l’histoire de l’Art en éloignant d’elle toutes les frontières, en faisant reculer les possibles. Il s’agit ici d’exposer une Renaissance sublimée sans emprunter une écriture esthétiquement « surréaliste » mais en adoptant les traits d’un symbolisme formel. Nous savons que l’artiste provient du surréalisme. Mais ici, la dimension « surréaliste » ne se développe qu’à partir de l’apport métaphysique propre à un de Chirico dont l’on retrouve l’empreinte dans les coloris relatifs à l’atmosphère englobant le personnage à l’architecture.
L’allégorie de la bulle de savon demeure la même, à savoir l’illusion destinée à disparaître contenue en son sein ainsi que la grâce de sa rondeur laquelle s’avère être la présence de l’esprit traduite dans la forme.
CLAUDIO GIULIANELLI a une formation de chimiste. Cela se perçoit dans la science qu’il apporte aux couleurs, en ce sens que l’alchimie dont il se revendique, assure l’harmonie narrative à la base philosophique de son discours. Et cette base philosophique, il la puise précisément dans les études de Philosophie poussées qu’il entreprend.
Extrêmement féru de littérature dantesque, il trouve dans Béatrice la matrice même du personnage de la Femme ainsi que le véhicule spirituel entre l’Homme (l’Anthropos) et Dieu. C’est à se demander s’il ne l’a pas (volontairement ou inconsciemment) substituée à Eve, personnage central dans la formation psycho-sociale de la Femme. Et l’Homme (en tant que genre) où est-il dans tout ça? Il semble ne pas exister…mais ce n’est qu’apparence car c’est par la symbiose que Béatrice forme avec la Nature qu’il se voit faire partie du cycle de l’Eternel Retour.
Il coexiste pleinement à l’intérieur du principe de vie, puisqu’à l’intérieur du récit dantesque, il forme une entité amoureuse et philosophique avec la Femme. Notons que très souvent, c’est la couleur rouge (en dégradés) par laquelle l’artiste conçoit la robe portée par la Femme. Le côté à la fois lumineux et « pastellisé » de la robe contrastant avec la blancheur laiteuse des chairs, est le résultat d’une technique mixte, composée d’acrylique et d’huile. La conception des plis des tissus (cannelés) ainsi que la température des couleurs n’est pas sans rappeler (toute proportions gardées), la technique de Giotto. Ce qui, une fois encore, nous ramène à Dante.
Hasard ou coïncidence ? Cette robe rouge était celle que Béatrice portait lorsque Dante, enfant, la vit pour la première fois…
Béatrice a, notamment, été au centre des préoccupations esthétiques et thématiques des préraphaélites, vers la fin du 19ème siècle : pensez, notamment, à Dante-Gabriele Rossetti qui l’a souvent représentée indépendamment de la présence de Dante. Chose assez inhabituelle chez les préraphaélites qui l’ont, le plus souvent portraiturée en sa compagnie, comme pour symboliser l’entité de l’amour à l’intérieur du couple mythique.
Autodidacte, l’artiste fréquente les musées depuis l’enfance. Il a trouvé dans Bosch et le Caravage les maîtres qui lui ont ouvert la voie de l’expression artistique.
Chose commune à bien des artistes, lorsqu’il se trouve devant la toile, il ignore ce qu’il adviendra de son œuvre. Et c’est là que la couleur vient à la rescousse! C’est à partir de l’exploration des possibilités multiples que lui offre le chromatisme qu’il opte pour telle issue narrative. L’artiste se laisse envoûter par la magie de la palette. A ce titre, il avoue que « l’on ne peint pas avec son cerveau !», signifiant par là que la peinture, et plus au-delà, la création n’est pas le résultat d’une froide suite d’opérations calculées aboutissant à un résultat escompté.
Tout au long de son parcours, l’artiste a participé à de nombreuses expositions de par le monde.
Vous l’aurez remarqué, par delà la dimension littéraire et humaniste, il y a chez CLAUDIO GIULIANELLI une atmosphère théâtrale « bon enfant », mettant en exergue l’univers de la Commedia dell’Arte. Néanmoins, ne perdons jamais de vue que ce théâtre des rues auquel interagit le visiteur est celui d’un artiste du 21ème siècle, qui par sa culture et son pinceau, passe par le regard actuel, pour atteindre l’intemporalité.
François L. Speranza.

  °°  


Le tele di Claudio Giulianelli sono porte attraverso le quali è possibile entrare in una dimensione di magia dove leggenda storia e costume si mescolano e per chiunque diventa tangibile la scintilla che Hieronymus Bosch ha prodotto in Claudio nell’episodio che lui stesso ci descrive. Ogni dipinto è una narrazione anche quando una singola figura riempie la tela, per questo sempre ho avuto la sensazione che anche lo spirito di Pieter Bruegel il Vecchio si diverte a varcare le “porte” lasciate aperte dal nostro Maestro.

Giorgio Bertozzi